PUBLICATION ETUDE : VALORISATION DE LA VIANDE DE POULE

Cette étude de FranceAgriMer décrit dans un premier temps la structuration et le fonctionnement de la filière des poules de réforme. Elle propose dans une deuxième partie une description des secteurs de l’aval susceptibles de constituer des débouchés pour la viande de poule. Elle fournit enfin des pistes d’action en vue de construire des débouchés pérennes pour les éleveurs français de poules pondeuses.

Le secteur de la valorisation des poules de réformes se distingue sensiblement du reste des productions de volaille de chair par des contraintes spécifiques liées à son statut de coproduit de la filière œuf tout en s’inscrivant dans un environnement de marché similaire. Le marché de la viande de poule est caractérisé par une volatilité tant sur les approvisionnements – puisque dépendants du marché des œufs – que sur les débouchés fortement exposés aux marchés étrangers. Cette double volatilité ainsi que la concurrence d’opérateurs européens ont conduit à des difficultés sur le marché de la poule de réforme française : perte de revenus pour les éleveurs et difficultés de valorisation pour les industriels.

L’enjeu majeur pour le secteur de la transformation de la viande de poule français est donc de s’extraire de la dépendance à des marchés export volatiles pour pérenniser les outils, notamment spécialisés, et assurer une valorisation durable et de proximité pour les éleveurs de poules pondeuses. Cette réorientation doit s’appuyer en partie sur les caractéristiques technologiques différenciantes de la viande de poule par rapport à l’environnement concurrentiel des autres viandes de volailles et en particulier du poulet importé destiné à la restauration ou à l’industrie agro-alimentaire. Une coordination accrue amont/aval, notamment sur la connaissance des disponibilités dans le temps et la qualité des lots, serait de nature à redonner de la compétitivité au maillon abattage-transformation tout en assurant un débouché pérenne pour les éleveurs français et réduire les coûts transactionnels.

Lire le document

Imprimer