La Pologne touchée par un virus H5N8 hautement pathogène (mise à jour du 8 janvier)

Depuis la fin de l’année, neuf foyers d’influenza aviaire H5N8 hautement pathogènes ont été confirmés jusqu’au 7 janvier (plus un en attente de résultat le 8 janvier) dans deux régions de Pologne distantes de 400 km, à l’est et à l’ouest du pays.
affiche polonaise de sensibilisation à la protection contre l’influenza aviaire

© @DR

L’année a plutôt mal commencé pour la filière avicole polonaise avec le retour du virus influenza H5N8 hautement pathogène, dont elle semblait s’être débarrassée depuis mars 2017.

Deux régions sont touchées : à l’est celle de Lublin située non loin de la frontière avec la Biélorussie ; à l’ouest la région de la Grande Pologne (voir notre carte interactive ci dessous).

C’est la région de Lublin qui compte le plus de foyers, avec huit sites touchés et rapportés à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) au 8 janvier. Cinq se trouvent à Stary Uscimov dans des élevages de dindes de chair, mais un élevage de pintades a aussi été atteint. La mortalité est très importante et rapide. Malgré l’intervention de l’armée et la mise en place d’un périmètre de protection et de surveillance, le virus a été détecté par deux fois à 60 km plus au sud dans de petits élevages. Plus de 100 000 volailles seraient déjà perdues, mais le risque d’expansion est grand autour de Stary Uscimov en raison de la proximité avec d’autres fermes avicoles. Les médias locaux relatent aussi la découverte d’oiseaux sauvages trouvés morts.

En Grande Pologne, c’est un élevage de 65 000 poules pondeuses qui a été touché à Prygodzice, une zone qui avait été atteinte en 2016-2017 par un virus H5N8. Dans la zone de protection des 10 km, 31 exploitations avicoles commerciales sont recensées, sans compter les basses-cours  familiales. Un second foyer découvert sur des canards Pékin de 5 semaines se trouve à Sieroszewice, commune située à 35 km. Les autorités attendaient la confirmation ce 8 janvier.

Les retombées commerciales de ces événements sanitaire n’ont pas tardé. En dépit de la possibilité d’appliquer la régionalisation, plusieurs pays destinataires de volailles polonaises (mortes ou vives) ont fermé leurs frontières à la Pologne : Afrique du sud, Azerbaïdjan, Biélorussie, Chine, Japon, Philippines, Singapour, Taiwan, Vietnam.

La Pologne aurait produit 2,62 millions de tonnes équivalent carcasse en 2019, soit 15 % de la production de l’Union européenne.

 

Imprimer